Ma vie avant la course à pied se situait à environ 85 kg et à 2 cm d'une bière fraiche.

C'est en tchinant (verbe construit à partir de l'expressin tchin-tchin) que mon ami "Yo" changea à tout jamais nos existences.

Ce douillet univers, 85kg quand même, s'effondra donc lorsque, bières à la main, mon pote "Yo" força la prise de conscience collective d'un " Non mais sans dèc! t'as vu ton bide ! Pire que le mien !". La vie parfois est cruelle. Lui faisait du volley, moi vaguement du foot. Faisons preuve d'imagination pour trouver un point commun entre ces 2 sports. Un point commun me direz vous ? Bof....

"Tiens et si on courait ?" me lanca t'il de sa voix claire et pas encore avinée.

Grand blanc...

Je réfléchis et trouve la réponse miracle "une autre bière ?"

Je connais mon bonhomme : il reprend une bière. Mais sa motivation est surprenante et il relance. Bon, la réponse miracle a ses limites. La bière commence à coûter cher.

Bon, pourquoi pas. Après tout il n'y a plus grand chose à la télé....

Et nous voilà, la semaine suivante à suer eau et bière sur les quais de Rouen. Une sortie qui de mémoire a dû durer 40'.

15 kg en moins plus tard (et 6 ans après - ce n'est donc pas un blog qui propose un régime amaincissant), un grain de sable perdu entre les oreilles, j'ouvre ce blog pour partager avec vous, futurs prochains fidèles lecteurs, une sortie un peu plus longue que la première : le Marathon des sables.