Enfin une bonne nouvelle : ces p....s de s....e de 10 km sont finis.

Vous n'imaginez pas comme l'ultra c'est de la ballade de glandouilleur à côté du 10 km.

A la relecture de ces 2ères phrases on sent bien intuitivement qu'il manque des infos.

Alors, voilà.

Les 10 kms sont finis pour cette année. Et je n'ai pas descendu les 40'. Et je ne continuerai pas le 10km jusqu'à descendre les 40'. Car... Oui car, mon pote jéjé m'a obtenu un dossard gratos pour paname. Je vais enfin pouvoir me reglander. Au passage j'en profite pour faire un gros boujoux à jéjé. Smack !

Le 10km, c'est un truc de fou furieux. Tu pars à fond, tu accélères au milieu et tu finis en sprint. 0 gestion, 0 cerveau. Clignotant à gauche. WAZA. ARAVACHEKIRI.

Bref, les coureurs de 10 ont mon admiration sans bornes pour l'éternité.

Depuis septembre donc, chéri et adoré me prépare spécifiquement pour du 10. J'en ai jamais autant bavé. Toutes les séances devenaient difficiles. Éprouvantes. Harassantes. Épuisantes. Violentes. Jamais de répit. Le moindre footing, une bataille. Vomito sur chaque séance de vitesse. Vomito sur chaque course.

LAISSEZ MOI SORTIR, J'EN PEUX PLUS !!!!!!!!!

Chéri et adoré n'a pas lâché. Moi non plus. D'abord parce que c'est bon pour ce que j'ai. Ensuite parce qu'il fallait casser le long, découvrir autre chose, retrouver un projet post MDS, gagner en vitesse, gonfler la bestiole, tout ça pour laisser du temps au temps. Le temps de réfléchir à la suite.

La suite ce sera donc le marathon de Paris. Avec un objectif à 3h15 - 3h20. Entendons nous bien. L'objectif n'est important que parcequ'il dimensionne l'entraînement. En soi, il n'a pas grande importance. Et le boulot effectué sur cette phase 10km devrait porter ses fruits pour préparer Paris.

Au fait, à part ça, j'ai galopé le 10 km de Roumare ce matin. Et bah, youpi tralala, 41'22" d'après la police (41'13" à la montre) et 75ème sur 645 galopeurs. Pour un précédent record à 42'09". Autant vous dire que je n'y croyais pas.

Tout cela avec les cops du club, les supporters du club, Manue et Anto, Germain et enfin Chéri et Adoré fidèle sur le bord de la route à nous encourager.

Compte rendu.

Les 5ers kms se sont passés à bonne allure. A priori pas trop loin d'un 4'-4'05"/km. Le tout avec Germain. J'ai d'abord pris l'allure à mon compte. Puis il a pris le relais au 3ème.

Passé le 5ème, le mur. Au sommet de la petite côte, plus de son, plus d'image. Germain est parti 100m devant. Il m'a fallu un km pour atterrir. Puis j'ai repris un peu sur lui dans le long plat montant, vent de face. Passé la grimpette, j'ai tenté de relancer mais pas aussi fort que lui.

ADSC_0504

Ca doit être entre le 4ème et le 6ème. La jeune femme qui est juste derrière, en fait, nous emmenait gentiment depuis le début à une allure constante. A priori, elle était sur le 6 et il était temps de prendre le relais pour l'aider à finir au mieux. Normal, quoi !

A partir du 8ème, j'ai mis tout ce que j'ai pu pour finir ce dernier 10 de l'année. Chéri et adoré à 500 m de l'arrivée m'a exhorté à accélérer. Ce que le faux plat descendant permettait. Passé la ligne, écrabouillage du bouton off : 41'13". Sans dèc et sans vomito....!!!!

Passé un embrassage du sol en règle, un triple saut arrière et un lancer de ballons avec orchestre symphonique j'ai embrassé tout ceux qui passaient à côté de moi. En me concentrant plus particulièrement sur ceux que je connaissais... D'abord Germain puis les cops du club et enfin Manue.

Je suis super content de ce chrono. Même si la distance est plus courte qu'à Offranville.

A la vue de chéri et adoré, j'ai levé les bras au ciel. Lui aussi était content. Ces moments là sont importants. C'est le fruit du travail. De l'amitié.

Entendons nous. Il n'y a rien d'extraordinaire dans tout cela. C'est juste que c'est cool de progresser. Et de le partager.

100762508_o

The club : le Running Vallourec Deville.