La solidarité est une valeur morale souvent mise en avant comme étant commune aux marathoniens. Ce qui se comprend bien. Quand c’est dur, c’est  moins facile et quand on est plusieurs, on est moins tout seul.

Bref, ce midi, j’ai pu vivre un nouvel épisode du marathon des sables. A peine lu le post de dépressive-boy, qu’Antoine m’évitait l’irréparable, en m’empêchant d’avaler un tube complet d’arnica et en m’offrant le restau.

Quoi de mieux pour oublier le marathon des sables que d’en parler. Avec passion.

Antoine m’a pris sur son dos et m’a montré le désert.

La flamme s’est réveillée.

Merci mon pote !

20c08e40