Dernièrement, un de mes auteurs dramatiques préférés, qui racontant sa vie trépidante de coureur à pied, dans le post 4000 que vous trouverez dans ce blog, écrivait, je cite : "Ensuite un projet d'éducation scolaire autour du marathon des sables, en cours de construction, avec des interlocuteurs potentiels qui ont déjà été contactés. Un de ces interlocuteurs potentiels, et c'est une chance que de l'avoir rencontré, est mon fils cadet." 

Et bien voilà, ce projet se concrétise. Ce qui me rend toute guillerette. 

Ainsi, après avoir balancé le 2ème du nom vers le plafond, dans la foulée d'un triple axel, et confirmé au passage qu'il ne savait pas voler, nous allons tenter une nouvelle expérience : l'observer dans son milieu naturel. Vous savez bien, là où ils disent des gros mots, là où ils font des gestes avec les doigts qui faut pas et pis tout ça... L'école, bien sur !

Bref, une fois que la maîtresse les aura tancé et puni sauvagement, faut pas croire mais elle voit tout,  et qu’elle les aura ramené en classe, j'interviendrai 3 fois, et ce, d'ici la fin d'année scolaire.

Au passage, j'en profite pour remercier Mme Pichon, maîtresse de son état, de l'école Pouchet à Rouen, qui, n'ayant pu éviter mon don inné de dresser des portraits élogieux, a eu la gentillesse et l'humour d'acceuillir ce projet un peu fou.

La première des trois interventions sera une démonstration, genre télé-achat, du type de matériel qui me servira à faire le marathon des sables. Et ce, tout en leur expliquant ce que représente cette aventure. La maîtresse m'ayant demandé de faire simple, voilà à peu près ce que je vais dire :

D'un point de vue "sportif " : Tu coures longtemps et t'es très fatigué. Des fois, même, au lieu de dormir et bah tu cours. C'est bête, hein ?

D'un point de vue "valeur morales" : Il faut que tu donnes de l'eau et des gâteaux à ceux qui t'en demandent. Et si on le fait pas et bah on va tous mourir !

D'un point de vue "scolaire" : Si tu veux pas finir comme le papa du 2ème du nom, c'est à dire courir après des cailloux dans le désert, et bah t'as intérêt à bien travailler à l'école !

D'un point de vue "psychologique" : Dans le désert, il vaut mieux réfléchir et se repérer avant de foncer. Sinon on se perd. Un peu comme dans la vie, quoi !

D'un point de vue "projet de vie" : Une fois que vous aurez bien travaillé, acheté une maison, une télé, un chien, vous pourrez devenir un vrai aventurier rien qu'en courant. Classe, non ?

Les 2 autres interventions seront sportives. Mai, puis Juin, galopades en endurance à gogo avec découverte des différents exercices propre à la course à pied.

J'ai hâte d'attaquer.

75834522