Un petit bilan au terme de ces 4000 visiteurs.

J'aime beaucoup mettre à jour ce blog. Même si cela me prend du temps. Je ne suis pas écrivain, et il me faut parfois jusqu'à 2-3h pour pondre un post de 5 lignes que j'ai réécris un milliard de fois. Au point que mon écran est maintenant bardé de blanco. D'ailleurs, pendant qu'on y est, est ce que quelqu'un a un bon produit à me vendre pour le nettoyer ?

Cet outil de communication, qui je l'espère en tout cas, enfin c'était le but au départ, devrait me permettre d'intéresser des sponsors potentiels pour le marathon des sables, est petit à petit entrain de devenir un journal ouvert sur une passion qui se développe au fil des semaines. En m'embarquant dans des chemins que je n'avais pas imaginé.

D'abord un club avec le boulot. Et des collègues qui se manifestent avec beaucoup d'entrain et d'investissement personnel. En particulier Jérome, Philippe Carine et Bruno. Au passage, si j'ai tant investi sur ce sport depuis 6 ans, c'est parce qu'il m'a permis de répondre au stress inhérent à mon poste. Aujourd'hui, monter un club dans le cadre du boulot c'est, quelque part, un renvoi d'ascenseur. Transmettre un outil de vie qui peut aussi servir à ça. Les collègues viendront y chercher ce que bon leur conviendra.

Ensuite une formation d'entraîneur. Et une crédibilité technique vis à vis des gens que j'accompagne depuis 2 ans. En particulier Cemoi et les filles du rugby, cobayes privilégiés, avec lesquelles j'apprends concrètement les ficelles du métier. Le fait qu'elles soient toujours là, m'autorise le secret espoir de n'avoir pas trop mis à côté de la plaque. Demain c'est le club, après-demain des internautes via le blog.

Ensuite un projet d'éducation scolaire autour du marathon des sables, en cours de construction, avec des interlocuteurs potentiels qui ont été contactés. Un de ces interlocuteurs potentiels, et c'est une chance que de l'avoir rencontré, est mon fils cadet.

Ensuite un projet avec une association caritative. Là, tout est à faire.

Enfin, démarchage de sponsors. Prévu début 2013. A partir du blog et des projets associés.

Voilà. Zatopek disait «We are different, in essence, from other men. If you want to win something, run the 100 meters. If you want to experience another life, run a marathon. ». Que j'ai bêtement interprété en "bouges toi les fesses !". Pas terrible le niveau d'anglais...

images (3)